Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Polo tendance techno

Marché. Le best seller de Volkswagen se rapproche de plus en plus de la Golf. Encore davantage à l’occasion des nombreuses évolutions dont elle vient de bénéficier.

La plupart des restylages ne justifient pas qu’on s’y attarde trop longuement. Ces évolutions permettant de prolonger de deux ans environ la vie d’un modèle se résument le plus souvent à des opérations stylistiques et des modernisations relativement limitées. Mais pas toujours.

Modernisation esthétique bien comprise pour la VW Polo.
Modernisation esthétique bien comprise pour la VW Polo. DR

Le cas de la Volkswagen Polo mérite d’être pris davantage en considération. En particulier parce qu’elle a été pendant de nombreuses années la voiture étrangère la plus diffusée sur le marché français avant de se faire ravir la première place par la Toyota Yaris. En 2020, elle a été le premier modèle de la marque avec près de 21 493 immatriculations soit 1,3 % de part de marché. Un chiffre loin d’être négligeable alors qu’elle dépassait le milieu de sa carrière commerciale. La cure de jeunesse dont elle vient de bénéficier a pour objectif de lui donner un nouveau souffle et de la maintenir dans le trio de tête des voitures importées.

« En 2020, elle a été le premier modèle de la marque avec près de 21 493 immatriculations soit 1,3 % de part de marché ».

Esthétiquement, la tradition de Volkswagen veut qu’on ne chamboule pas tout au risque de rompre la cohérence globale d’un modèle. Et aussi de démoder illico presto l’ancienne version. Classiquement, les modifications se concentrent sur la proue et la poupe avec une inspiration cherchée du côté de la dernière génération de Golf. En particulier, le fin bandeau lumineux à LED courant d’un bloc-phare à l’autre et soulignant la calandre.

Les évolutions sont plus ou moins perceptibles selon les modèles avec en version-phare, une R-Line typée sport, selon la terminologie en usage dans la marque. Les boucliers avant et arrière spécifiques, les projecteurs Matrix LED IQ.Light interactifs, inaugurés sur le SUV Touareg et partagés avec la finition Style, les antibrouillards à LED et les jantes en alliage de 16 pouces au dessin exclusif, proposées en série la distinguent des autres Polo.

Une version fonctionnant au gaz naturel

Pour la première fois, la Polo, produite à plus de 18 millions d’unités au fil des différentes générations depuis 1975, se convertit au « Digital cockpit  » et s’ouvre à la conduite partiellement autonome avec le système « Travel Assist IQ.Drive. » : « des technologies habituellement réservées aux segments supérieurs » souligne VW. Ecran de huit pouces derrière le volant, système audio avec écran central de six pouces et demi en série sur les versions de base, évolution 10, 25 pouces « cockpit Pro », système d’info divertissement huit pouces Ready2Discover en option : la Polo change d’époque.

À bord, le numérique est devenu un passage obligé. La Polo n'y échappe pas
À bord, le numérique est devenu un passage obligé. La Polo n’y échappe pas DR

Le système Travel Assist IQ.Drive optionnel, jamais encore disponible sur le segment, associe un régulateur de vitesse ACC actif et prédictif et un maintien dans la voie de circulation Lane Assist, équipement de série commun à l’ensemble de la gamme, induit un mode de conduite partiellement autonome. Pour plus de confort et d’agrément, le volant devient multi-fonctions, la climatisation passe à l’automatique et les rétros extérieurs dégivrants sont réglables électriquement alors que les vitres sont toutes à commandes électriques. Le tout de série quelle que soit la finition.

Disponible à la commande à partir de 18 015€, la Polo 2021 est lancée avec une gamme de cinq motorisations trois cylindres essence de 80 (5,4 l en mixte conventionnel – 120 g/km de CO2), 95 (5,2 1 -117 g) et 110 ch (5,5 l – 125 g), accompagnés d’un 1.0TGi de 90 ch, utilisant du gaz naturel GNV. Selon les niveaux de puissance, la boîte à double embrayage est disponible en option (95 ch) ou en série (110 ch). La gamme sera bientôt coiffée par une version GTI de 200 ch. Volkswagen fait partie des rares marques qui n’ont pas renoncé aux modèles sportifs, trop souvent sacrifiés par les constructeurs généralistes sur l’autel de la rationalisation. Grâce lui soit rendue.

Dominique Marée