Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Eric Vanhove

Au service des territoires.

Eric Vanhove
Spécialiste du développement du territoire et de l’immobilier, Eric Vanhove, 59 ans, terminera probablement son parcours professionnel dans les Ardennes. (Crédit : P. Rémy)

Architecte DPLG formé à l’école d’architecture de Lille, doté d’un DESS aménagement, animation et développement local et d’un master 2 gestion-économie, Eric Vanhove est devenu Manager BU dans le domaine de l’aménagement et du développement du territoire et de l’immobilier. Il a passé 23 années en maîtrise d’ouvrage et 8 autres en maîtrise d’oeuvre ingénierie, multipliant les expériences professionnelles à différents postes d’encadrement.

D’abord en 1989, à la SEM du versant Nord Est, créée par les villes de Roubaix-Tourcoing et la CCI pour résorber les friches industrielles eu égard au déclin du textile sur ce morceau de territoire, la structure a racheté et recyclé plusieurs friches (Phildar, Caulliez Delaoutre, Les Francs, Rodia…) en leur redonnant une dimension économique. « Par la suite, en 2004, comme directeur opérationnel de la SEM Ville Renouvelée, j’ai oeuvré sur la reconquête du centre-ville de Roubaix et son renouvellement urbain en faisant revenir de l’activité commerciale grâce notamment à l’intégration de Mac Arthur, Altaréa et Auchan. »

Changement de cap entre 2012 à 2019. Eric Vanhove prend la tête de la direction régionale du groupe d’ingénierie indépendant Artélia dans les Hauts-de-France. « Avec deux missions principales : l’animation et le développement de filiales basées sur le site de Marquette et la gestion d’un centre de profit de la partie « bâtiment-industrie », une structure importante qui, à elle seule, cumulait une soixantaine de personnes ». Souhaitant ensuite prendre du recul, Eric Vanhove choisit de faire un passage à Sciences Po Lille pour y suivre une formation certifiante de Hautes Etudes Régionales afin d’élargir son champ de compétences.

ARRIVÉE DANS LES ARDENNES

Après avoir intégré un groupe logistique familial, il débarque dans les Ardennes pour valoriser son vécu et sa créativité au service des acteurs du développement (villes et communautés de communes, entreprises, promoteurs) et faire gagner des compétences à Protéame. Société d’économie mixte financée par les principales collectivités locales et des partenaires privés comme la Caisse des dépôts et Consignations, la Caisse d’Epargne, Espace Habitat, la Banque des Territoires et le Crédit Agricole, Protéame vient donc de placer Eric Vanhove à sa tête. Le Roubaisien a succédé à Patrick Pérot, dirigeant une entité de neuf personnes chargées d’accompagner les collectivités en les aidant à mener à bien leurs projets urbains et struturants. « Prestataire de services évoluant dans le champ concurrentiel, Protéame se positionne comme un conseiller apportant son concours technique et juridique. De la phase de conception à la réalisation finale », développe-t-il.

« Je retrouve dans cet établissement public local, des caractéristiques très proches de celles que j’ai pu appréhender dans le passé. Avec des problématiques de friches, de valorisation de voie d’eau, de réindustrialisation et de patrimoine architectural. »

« Je retrouve dans cet établissement public local, des caractéristiques très proches de celles que j’ai pu appréhender dans le passé. Avec des problématiques de friches, de valorisation de voie d’eau, de réindustrialisation et de patrimoine architectural qui se rapprochent de ce que j’ai connu dans le Nord. Il faut aussi mettre en avant le tourisme qui n’est pas assez exploité, alors qu’il est générateur d’emplois. Dans ce département trop méconnu, il y a aussi un gros effort de communication et d’attractivité à fournir pour faciliter son ouverture vers l’extérieur. »

Eric Vanhove a aussi beaucoup de projets à mettre sur les rails. À commencer par le montage de l’hôtel haut de gamme quatre étoiles implanté dans la cour de la Criée sur la Place Ducale de Charleville-Mézières. Après le recrutement du futur exploitant, Protéame titulaire d’un compromis de bail emphytéotique va désigner les architectes, réfléchir à la structure qui portera l’immobilier et s’atteler à la mise en place du concept innovant qui sera géré par Gogaille. L’ouverture de l’établissement est prévue pour octobre 2025. Le lieu comprendra 42 chambres, 3 ou 4 appart-hôtels, un restaurant, des échoppes, un espace bien être (spa, sauna, hammam) et un lieu évènementiel.

Un plan stratégique de cinq ans

Nommé concessionnaire par Ardenne Métropole de la requalification du quartier des Forges Saint-Charles, Protéame va métamorphoser ce site après la poursuite de différentes acquisitions foncières auprès de la SNCF. « La première réalisation prévue en octobre consistera à réhabiliter en bureaux sous forme de plateaux l’aile droite de la gare. Ensuite, on passera à la transformation globale de l’endroit qui passera par une nouvelle offre de logements neufs, la continuité du pôle tertiaire avec le lancement d’un second bâtiment Terciarys dont la première pierre pourrait être déposée en 2025, la création d’une offre commerciale de proximité, la reconstitution du stationnement et l’émergence d’un bassin d’emploi avec des activités artisanales. Sans oublier la possible arrivée à cet endroit du centre de formation Alméa ».

Enfin, Protéame va s’occuper de la mise en chantier de l’espace Woinic, le long de l’A34 avant Rethel. « Une consultation va être prochainement lancée pour trouver un restaurateur désireux de s’installer sur l’unique aire de service de l’A304, accessible par l’autoroute et les voies départementales, ce qui ajoute à son attractivité. Les travaux pourraient avoir lieu début 2023 pour une livraison en septembre ». L’EPL prendra aussi part à la mutation du Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie.

Parallèlement à cette feuille de route balisée par un plan stratégique de cinq ans conçu avec les actionnaires du conseil d’administration, présidé par Jean-Claude Caillaud, Eric Vanhove entend faire de Protéame l’ensemblier et le faiseur de projet des Ardennes. Bref « un partenaire reconnu de l’ensemble des aménageurs » et apte à élargir son spectre d’actions. Protéame se positionnera ainsi en promoteur de logements pour les logeurs sociaux ou de bâtiments artisanaux ou industriels tout en favorisant la résorption et la valorisation des friches du département et la mise en valeur de la préservation de l’environnement.

Pascal Remy